Catherine WITHOL DE WENDEN, Pour accompagner les migrations en Méditerranée, Paris, l’Harmattan, 2013, 116 p.

Insaniyat N°s 69-70 | 2015 | Les migrations vues du Sud| p. 165-166| Texte intégral


Se basant sur sa longue expérience en matière des migrations internationales, Catherine Withol de Wenden nous plonge une fois de plus dans cet univers périlleux et mystérieux pour dévoiler aux lecteurs les différentes configurations migratoires actuelles dans l’espace méditerranéen et les dispositifs de gestion des flux migratoires appliqués par les États dans une démarche individuelle ou collective.

L’auteure nous invite à travers son ouvrage à prendre connaissance des itinéraires migratoires adoptés dans « l’un des plus importants espaces migratoires au monde » (p. 22). Un espace, connu depuis l’aube des temps par la grande mobilité de ses populations et son inlassable évolution. Mais aussi son paradoxe qui fait que ses limites frontalières représentent conjointement une ligne de fracture et un lieu de passage, créant ainsi un face-à-face Nord-Sud, confrontés malgré leur complémentarité naturelle, à l’absence d’un système migratoire euro-méditerranéen fiable et fonctionnel.

   C. Withol De Wenden souligne, au prime abord, les paradoxes que les pays de la Méditerranée manifestent et qui ont engendré des  conditions de vie inégales entre les deux rives, faisant de l’immigration une alternative attractive pour beaucoup de jeunes et moins jeunes.

En réponse à cette situation qui devient pesante avec le temps et dans la perspective de contrôle des flux migratoires croissants, les pays européens ont recouru à partir des années 90 à conclure des accords communautaires et bilatéraux, favorisant par leur biais la libre circulation interne et renforçant les frontières externes, plus particulièrement vis-à-vis de l’immigration  clandestine et des demandeurs d’asile.

Ces fermetures, malgré leur sévérité, n’ont pas pu affaiblir les liens tissés entre les deux rives, et cela est dû aux initiatives à caractère transnational entreprises par les migrants et leurs descendants.

Par la suite, l’auteure démontre la transition brutale que certains pays de la rive Nord ont subie durant les vingt-cinq (25) dernières années par leur transformation de pays d’émigration vers des pays d’immigration et l’émergence progressive de la migration saisonnière. Aussi, l’auteure esquisse minutieusement les paysages migratoires de ces pays à travers leurs politiques d’accueil et d’intégration, conçues majoritairement dans un climat de crise économique.

       C. Withol De Wenden précise ensuite que cette transition n’est pas un caractère spécifique aux pays de la rive Nord, mais une réalité ressentie aussi dans les pays de la rive Sud. Ces derniers qui se sont transformés en pays de transit et d’immigration comme une résultante évidente des directives gouvernementales, orientées vers plus de fermeture à l’égard des migrants résidents hors de l’union européenne, c’est ainsi qu’« avec le contrôle renforcé des frontières, le voyage se prolonge» (p. 77) et « la vie en cours de route se transforme en fin de route et se cherche une légitimité» (p. 86).

En conclusion, l’auteure revient au constat de départ, en réaffirmant l’impossibilité de lutter contre l’immigration dans un espace « multiplié, partagé entre plusieurs zones de rencontres et de face-à-face » (p. 103). D’où la nécessité de revoir la gestion des flux optée actuellement par les pays et d’établir un système migratoire bâti sur la primauté des intérêts réciproques, la liberté de circulation et l’adoucissement des restrictions qui permettront à long terme « la possibilité de circuler et de s’installer dans la mobilité comme mode de vie » (p. 108).

Pour accompagner les migrations en Méditerranée est une contribution qui s’inscrit dans le cadre d’une accumulation longitudinale, traduisant l’intérêt particulier de l’auteure à une question d’actualité qui ne cesse de susciter les vifs débats, en raison de ses multiples répercussions.

Loin des données chiffrées, caractérisant généralement ce genre d’étude, C. Withol De Wenden dresse l’état des lieux de ce phénomène dans une démarche critique des acquis et une vision prospective pour « un vivre ensemble ».  

Souad LAGUER

 

 

logo du crasc
contact@ crasc.dz
saoe@ crasc.dz
C.R.A.S.C. B.P. 1955 El-M'Naouer Technopôle de l'USTO Bir El Djir 31000 Oran
+ 213 41 62 06 95
+ 213 41 62 07 03
+ 213 41 62 07 05
+ 213 41 62 07 11
+ 213 41 62 06 98
+ 213 41 62 07 04

© Copyright 2019 CRASC. Tous droits réservés.

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Plate-forme réalisée par : BAKIR Ilyes & DEKHIR Abdellah Merouan

Recherche